Marie Bashkirtseff
Un hommage
Un homenaje
A homage

Une femme de notre temps.
(...)

Non, ce n'est pas le hasard qui me conduit à la Bibliothèque nationale, c'est un appel, comme si une voix de femme condamnée au silence depuis 1884 cherchait à me rejoindre.

Je feuillette le manuscrit du Journal, les quatre-vingt-quatre cahiers et carnets écrits de sa main et mon émotion se change en stupeur, en bouleversement, en colère. Et je n'entends pas la sonnerie qui annonce la fermeture de la salle, et je ne reconnais pas quelqu'un qui me salue en passant, je n'écoute que cette voix qu'on avait étouffée pendant si longtemps. Ce que je déchiffre dans ces pages couvertes de l'écriture de Marie Bashkirtseff, ce n'est pas ce que j'ai lu dans les différentes éditions du Journal. On a modifié sa date de naissance, on a supprimé des expressions jugées peu châtiées, on a censuré des passages entiers considérés sans doute comme indécents, on a édulcoré tout ce qui était révolte contre les limites imposées à la condition féminine. (...) Même sa famille, même son entourage ont été métamorphosés. La statue de l'enfant prodige, de la pâle et pure jeune fille se brise en morceaux. Moussia n'a jamais existé que dans l'imagination de littérateurs en mal d'images édifiantes. Derrière l'héroïne de Bibliothèque rose apparaît une femme qui vit, qui aime, qui crée ; derrière la créature angélique et désincarnée un corps de femme crie son désir.

Le livre à l'origine de la légende a été expurgé, falsifié. D'un manuscrit où rien n'est dissimulé, on a donné un reflet infidèle et menteur. Marie Bashkirtseff, prisonnière du rôle qu'on lui a assigné dès l'enfance, est réduite dans ce Journal édulcoré aux dimensions d'une exemplaire jeune fille à marier. . (...)

Puisque le texte authentique du Journal reste inaccessible au plus grand nombre, j'ai souhaité faire table rase de la légende et faire revivre la véritable Marie Bashkirtseff, une femme mystifiée par un destin distrait qui l'a fait naître cent ans trop tôt, une femme prisonnière de son temps, une femme de notre temps.



(...)


Colette Cosnier

(Du préface du livre de Colette Cosnier, "Marie Bashkirtseff, un portrait sans retouches", Éd. Pierre Horay, 1985, 350 pages).


Home